La PNL

La PNL c’est quoi ?

À la fois un art, un ensemble d’outils et une philosophie de vie, la PNL a pour objet la modélisation de l’excellence humaine. S’intéressant avant tout au « comment ça marche » plutôt qu’au « pourquoi ça ne marche pas », elle a développé des modèles simples et concrets pour décoder les compétences exceptionnelles de personnes reconnues pour leur savoir-être et savoir-faire (pédagogues, psychothérapeutes, coachs, entrepreneurs, gestionnaires, négociateurs, artistes, sportifs, etc.) et les rendre accessibles au plus grand nombre.

Cette démarche pragmatique a donné naissance à un modèle génératif de la communication, de l’apprentissage et du changement et de puissants outils d’intervention.

La PNL fournit le mode d’emploi, c’est à-dire le « comment faire », pour modifier nos stratégies internes inefficaces, instaurer des changements durables en nous et chez les autres, mobiliser nos ressources personnelles et réaliser nos rêves.

L’appellation programmation neuro linguistique repose sur les trois plus importantes composantes qui structurent l’expérience humaine : le langage, la neurologie et la programmation. Programmation

À partir des expériences vécues depuis notre plus tendre enfance, nous avons créé et enregistré des programmes complexes pour penser, analyser, ressentir et nous adapter à notre environnement et aux personnes qui nous entourent. Propres à chaque personne et à ses expériences, ces programmes, une fois enregistrés, deviennent rapidement des automatismes, des habitudes.

Neuro Ces programmes sont codés et enregistrés dans les neurones. En effet, c’est parce que nous possédons un système nerveux et un système neurologique que nous sommes capables de percevoir notre environnement, de penser, de ressentir et d’agir.

Plusieurs techniques de changement de la PNL sont fondées sur la création ou la réorganisation de ces programmes de pensée et de comportement. Linguistique Nos programmes mentaux se manifestent à travers notre langage verbal et non verbal. Notre langage structure et reflète la façon dont nous pensons et organisons notre vision des choses (« modèle du monde »).

blog1-compressor

La programmation neuro-linguistique (PNL) est un ensemble de techniques de communication et de transformation de soi qui s’intéresse à nos réactions plutôt qu’aux origines de nos comportements. Elle privilégie le comment au pourquoi, propose une grille d’observation pour améliorer la perception que nous avons de nous-mêmes et des autres. Elle permet également de se fixer des objectifs et de les réaliser. C’est une boîte à outils, dont la clé réside dans le langage et l’utilisation que chacun de nous fait de ses cinq sens et de son corps. Son but : permettre de programmer et reproduire ses propres modèles de réussite.

Histoire de la PNL

 

La PNL a été mise au point en 1972 par John Grinder, professeur de linguistique, et Richard Bandler, mathématicien et psychothérapeute. Les deux hommes avaient décidé d’étudier les excellents résultats obtenus par certains professionnels de la psychothérapie et de la communication, parmi lesquels Fritz Perls, le fondateur de la gestalt-thérapie, et Milton Erickson, le père de la nouvelle hypnose. Bandler et Grinder résolurent de réunir en une seule méthode les éléments disparates identifiés chez ces as de la communication, afin de définir les termes d’un savoir-faire conduisant à coup sûr au succès. En France, l’enseignement de cette technique s’est surtout développé par le biais de séminaires destinés aux cadres, négociateurs, pédagogues ou thérapeutes, ainsi qu’à tous ceux qui désiraient acquérir des techniques de communication efficaces, applicables dans leur vie quotidienne.

 

Déroulement d’une séance

 

La PNL fait partie des thérapies brèves (de deux séances à deux ans de consultation maximum). Lors d’un entretien préalable (gratuit ou à tarif réduit), le patient est invité à déterminer ses motivations et à se fixer un objectif à atteindre au cours des séances. Pendant ce temps, le thérapeute observe son patient, afin de savoir quel système sensoriel il privilégie. Chacun d’entre nous est en effet soit visuel, soit auditif, soit kinesthésique – il perçoit l’environnement principalement par la vue, l’ouïe, ou ses émotions –, et crée ainsi son propre filtre, à travers lequel il interprète les événements. Le thérapeute s’adapte alors au mode de communication de son patient, pour le guider dans l’exploration de ses comportements et lui permettre de les reproduire consciemment ou de les modifier si nécessaire.

La PNL propose avant tout de mobiliser les ressources de notre inconscient. Ces dernières sont constituées d’expériences ou de connaissances oubliées, de dons encore inexploités qui ne demandent qu’à s’exprimer… Le patient doit donc renouer avec la performance, c’est-à-dire avec sa créativité et sa capacité à s’adapter à une situation. Cela s’appelle la «modélisation». Mieux connaître les moments où l’on se sent efficace et compétent permet alors de construire une «boîte à outils», dans laquelle on puisera à loisir au moment de faire face à une situation difficile.

Exemple : une patiente se trouve trop grosse. Ici, l’objectif de perdre du poids doit être formulé de façon affirmative et positive : « Je veux retrouver ma vitalité et ma forme. » La patiente définit ensuite ce qu’elle recherche en poursuivant cet objectif : porter d’autres vêtements, améliorer sa silhouette, se sentir mieux, etc. Puis elle détermine les ressources qui sont à sa disposition pour atteindre son but et décrit avec précision les éléments qui lui permettront de savoir si ce dernier a bien été atteint (son reflet dans la glace, le chiffre sur la balance, la sensation de porter un vêtement dont elle rêvait depuis longtemps…). Par une série de questions, la PNL permet ainsi d’affiner un désir initial pour s’assurer qu’il correspond véritablement à un objectif qui mérite d’être poursuivi. Au cours des séances, le thérapeute et le consultant s’assureront que des objectifs intermédiaires sont satisfaits, afin de construire une amélioration continue qui se manifestera concrètement dans la vie quotidienne.

Mais modifier ses comportements passe avant tout par la pratique. C’est pourquoi il est courant de devoir faire des exercices entre chaque séance. Exemple : pour améliorer votre relation avec les autres, observez leurs conversations habituelles, afin d’en déterminer les points forts et les points faibles. Ainsi, quand vous rencontrez une personne pour la première fois, étudiez le ton de sa voix, sa posture, le choix de ses mots, le rythme de sa respiration… puis efforcez-vous de vous y adapter. Votre échange devrait s’améliorer. Cet exercice, recommandé lors d’entretiens jugés « difficiles »
ou impressionnants, permet également de mieux écouter les personnes qui vous sont proches et de découvrir de nouvelles façons de vous adresser à elles, pour vous faire mieux comprendre ou leur signifier que vous les avez comprises.

 

 

 

2017-03-01T10:12:41+00:00

About the Author:

Leave A Comment