Qu’est-ce que la CNV ?

Qu’est-ce que la CNV ?

La Communication Non Violente ou CNV est selon son créateur, Marshall B. Rosenberg, « Le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant »

Le terme non-violent est une référence au mouvement de Gandhi et signifie ici le fait de communiquer avec l’autre sans lui nuire.

Bien que nous passions la plus grande partie de notre temps à communiquer, nous n’avons pourtant jamais appris à bien le faire ! Et encore moins à le faire de façon respectueuse des autres et de soi.

La communication non violente est souvent présentée à l’aide de la méthode qui consiste à suivre les quatre étapes qui sont : observer une situation sans jugement, ressentir le sentiment que cela suscite en nous, identifier notre besoin, et formuler une demande concrète et négociable.

O de Observation : observer la situation si possible objectivement

S de Sentiment : exprimer les sentiments en rapport avec l’observation

B de Besoin : clarifier le besoin

D de Demande : faire une demande si possible ouverte pour y répondre

blog1-compressor

Pourquoi utiliser la CNV !

La présentation du livre de Thomas DANSEMBOURG est parfaite pour expliquer l’utilité de la CNV.

« Ce livre nous apprend comment être avec l’autre tout en restant soi-même, comment être soi sans cesser d’être avec l’autre. Pratique difficile, car nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres . Cette tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence, violence qui risque bien de se reporter sur les autres : le non-respect de soi mène au non-respect de l’autre. Ce livre nous montre comment la communication consciente et non violente nous permet de « décoder » nos sentiments et besoins respectifs et d’exprimer clairement nos demandes de façon négociable ».

Source : http://www.thomasdansembourg.com/fr/livres.html

 

Quand j’ai découvert ce livre, j’ai radicalement changé de mode de fonctionnement. Je n’arrive pas encore toujours à utiliser les techniques dans ma vie de tous les jours, mais lorsque j’y arrive, le résultat est là.

C’est surtout ma manière de penser et de voir les choses qui ont le plus évolué. Ce livre fut un véritable choc

 

Cessez d’être gentil, soyez vrai

Ce livre nous apprend comment être avec l’autre tout en restant soi-même, comment être soi sans cesser d’être avec l’autre. Pratique difficile, car nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres . Cette tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence, violence qui risque bien de se reporter sur les autres : le non-respect de soi mène au non-respect de l’autre. Ce livre nous montre comment la communication consciente et non violente nous permet de « décoder » nos sentiments et besoins respectifs et d’exprimer clairement nos demandes de façon négociable.

 

Être heureux, ce n’est pas nécessairement confortable

Si la vie est souvent difficile, une illusion peut nous la rendre encore plus difficile : celle de croire au bonheur tout rose sur un nuage bleu, celle de croire qu’être heureux c’est être « tout confort » sur les plans matériels, affectifs, psychologiques … .

 

Ce livre nous invite à comprendre différents pièges antibonheur dans lesquels nous sommes pris souvent malgré nous et à accueillir quelques inconforts incontournables pour en sortir, comme par exemple : accepter l’inconfort de transformer ce qu’il y a à transformer, l’inconfort de lâcher ce qu’il y a à lâcher, l’inconfort de faire le deuil de ce qui n’est pas ou n’est plus, l’inconfort d’apprendre à dire et à entendre NON.

 

Etre heureux, ce n’est pas résister aux mouvements de la vie, c’est tenter d’y trouver, en et à travers eux, l’équilibre et la grâce, comme le surfeur utilise, avec à la fois force et souplesse, les mouvements de la vague pour y fonder la grâce de son vol.

 

Qui fuis-je ? Où cours-tu ? À quoi servons-nous ?- Vers l’intériorité citoyenne.

Dans le doute, la difficulté ou l’épreuve, nous ne manquons pas de ressources, mais plutôt d’accès à celles-ci. Thomas d’Ansembourg nous propose d’accéder à l’intériorité transformante, cette capacité que nous pouvons développer pour aligner notre vie sur notre élan vital propre. Chacun de nous cherche un sens personnel et vivant à son existence. Faute de le trouver à l’intérieur de soi, nous avons créé une société où tout le monde court hors de soi. Cette course nous épuise et épuise la planète. Aujourd’hui, devant les défis que l’humanité rencontre, que nous soyons croyant, athée ou agnostique, que nous ayons ou non une vie spirituelle nourrissante, et que nous adhérions ou non à une religion, nous savons que le monde a grand besoin d’hommes et de femmes qui se connaissent bien, qui connaissent les processus de réconciliation intérieure et les pièges de l’ego, qui savent comment développer la confiance en soi, en l’autre et en la vie et mettre leur talent au service de la communauté. Aujourd’hui, l’intériorité ne relève plus de la seule sphère privée; elle acquiert plus que jamais une dimension citoyenne.

 

 

2017-03-07T09:36:08+00:00

About the Author:

Leave A Comment